vendredi 10 avril 2009

Etudiants en grève

Le manifestant ayant (glandé) bloqué
Toutes ces journées
Se trouva fort dépourvu
Quand les partiels furent venus :
Pas un seul cours ou TD
Par sa faute n’avait pu être dispensé

Il s’empressa de séquestrer
Le président de l’université
Le priant de lui donner
Le semestre qu’il allait louper

Je travaillerais l’année prochaine, lui dit-il
Promis, ce n’est pas un poisson d’avril
Le président d’université n’est pas dupe
Là n’est pas son défaut.

Et que faisiez-vous bien au chaud ?
Dit-il à ce fumiste inculte
Nuit et jour à tout venant
Je manifestais, ne vous en déplaise.
Vous manifestiez ? J’en suis fort aise :
Et bien révisez maintenant !

Cette version révisée de la cigale et la fourmi n’est malheureusement pas qu’une fable contemporaine. Car ce qui est écrit c’est malheureusement passé ! Oui, oui, vous ne rêvez pas, à Rennes II, un groupe d’extrémistes n’a rien trouvé de mieux que de prendre en otage le président de l’université pour réclamer un semestre blanc (c’est un dire une validation systématique du semestre). Il y en a qui ne doute vraiment de rien ! Quand je vous dis que les manifestations d’étudiant frôlent le n’importe quoi (voir mes notes relatives à l’UNEF) voilà une parfait illustration de mes propos !

Je trouve intolérable ce manque de responsabilité des bloqueurs, qui n’assument même pas leurs actes ! Dans le fond, au delà des revendications ne faut-il pas voir dans ces blocages un moyen d’avoir une année « à l’œil » au final ? Après tout, les plus acharnés des manifestants ne sont ils pas les moins assidus aux cours, et donc les plus en échecs ?



Source : http://www.aurelienwillem.fr/2009/04/09/les-vraies-raisons-du-blocage-des-fac/trackback/.

Aucun commentaire: